Histoire des pâtes 100% légumes Pastea

Le nouveau « mariage à l’italienne »

L’Italie re gorge (et raffole) de ces histoires d’unions improbables ou contrariées (Roméo et Juliette, les amants de Vérone, pour le pire, et les comédies romantiques, des 60’s pour le rire) où les contraires se rencontrent, se confrontent, se déchirent pour finalement s’attirer, se trouver des points communs et s’unir. L’histoire de PASTÉA s’inscrit dans cette filiation.

PASTÉA, c’est la rencontre d’ingrédients alimentaires que tout devrait séparer : les légumes (pour la composition) et les pâtes (pour la forme).
Les pâtes alimentaires sont synonymes de plats triviaux, bon marchés, de fins de mois difficiles mais également de convivialité, de plaisirs, de partage, la simplicité… Quand les légumes évoquent le naturel, la diversité, la santé, l’équilibre alimentaire, le goût prononcé qui plaisent ou déplaisent mais également la contrainte, la cherté, les temps et les difficultés de préparation…

Rapprocher ces deux « univers » allait forcément provoquer des étincelles avec une exubérance toute italienne. PASTÉA évoque ainsi « Mariage à l’italienne » (Vittorio de Sica – 1964) où deux « monuments du cinéma italien », un bouillonnant (comme l’eau des pâtes) Marcello Mastroianni se marie avec une pétulante (pleine de vie) Sophia Loren. L’action de cette comédie romantique se déroule dans les flamboyantes 60’s italiennes, époque qui aujourd’hui encore renvoi à l’imagerie d’Épinal de l’Italie : les Vespa, le glamour des vacances romaines, le style décontracté de la Dolce Vita, les couleurs éclatantes des ingrédients de la cuisine italienne, Cinecitta…

PASTÉA raconte donc une histoire (presque) identique où deux « monuments » de la cuisine italienne, les pâtes alimentaires et les légumes, vont se marier pour le meilleur et pour la vie quotidienne.